Guillaume de Machaut


Guillaume de Machaut, Enluminure d'un manuscrit (détail, 1484), BNF, Paris.

Ce représentant majeur du courant de l'Ars Nova est la figure dominante du paysage artistique du 14ème siècle en Europe, une sorte de comète traversant tout son siècle : c. 1300-1377.

Tant poète que musicien, il nous laisse une oeuvre gigantesque et très bien conservée dans de nombreux manuscrits, soit uniquement musicaux, soit comprenant des insertions lyriques comme dans le « Remède de Fortune » ou le « Livre du Voir Dit ».

Son chef-d'oeuvre musical, la Messe de Notre-Dame à quatre voix (il fut le premier à écrire pour quatre voix) est la première messe polyphonique connue entièrement écrite par un seul musicien et conçue comme un tout homogène. Il revient à Guillaume de Machaut l'honneur d'avoir créé un genre qui allait connaître un extraordinaire essor au XVe siècle.

À la fois grandiose et austère, avec toutefois des rythmes dansants et des dissonances voulues, La Messe de Notre-Dame de Machaut demeure un chef-d'oeuvre isolé bien fait pour surprendre par sa grandiose étrangeté et séduire par son audacieux modernisme. Elle n'est point seulement un des sommets de la musique médiévale, c'est un chef-d'oeuvre universel.

De son vivant, Guillaume de Machaut est reconnu dans toute l'Europe comme une autorité, un poète. On sait le poids accordé à ce mot, réservé aux seuls auteurs de l'Antiquité, jusqu'à ce qu'Eustache Deschamps l'emploie pour son maître Guillaume. Célébré comme un maître et chef de file par tous les poètes des XIVe et XVe siècles, il compose environ 400 pièces lyriques d'inspiration courtoise. Il reprend des formes anciennes, les raffine, en explore les possibles, en définit les règles, et fait leur succès. Il donna leur aspect définitif à ce que l'on appelle les genres à forme fixe, ballades, rondeaux, virelais, qui prennent leur essor à son époque et dont le succès se prolonge tout au long du XVe siècle. Son Remède de Fortune (v.1340), un dit narratif, contient ainsi neuf pièces lyriques qui sont considérées comme des modèles de chacun des genres.

Ce si haut personnage, aura non seulement une vie faite de grandes aventures et de nombreux voyages, mais sa musique et sa poésie seront si célèbres et célébrées qu'on les commentera au début du siècle suivant en Italie : ces diminutions instrumentales des poésies lyriques sont conservées dans le manuscrit du Codex Faenza.